Avec un grand A, ou pas...

Création 2005 - durée : 1h15

Création théâtrale collective à partir de textes courts sur l’amour, le public installé autour de petites tables comme un cabaret.

 

Et tout commencerait ainsi …Deux êtres…Et après…

Aujourd’hui où en est-on des élans charnels et amoureux? Comment vit-on la découverte de l’autre, les rencontres uniques, avortées ou les complicités durables ?

Notre choix s’est porté sur une dizaine de textes contemporains, des pièces courtes et des nouvelles, autant d’écritures que nous avons choisies différentes, comme autant de couleurs. Des corps et des voix qui pourraient être nous, au plus proche de nos questionnements.

Autant d’expériences qui permettent de se regarder dans un miroir grossissant, de se voir à la loupe.

 

Ces textes à la fois légers et caustiques souvent drôles jamais grivois, portent à sourire de nous-mêmes, et ouvrent un champ de questions à qui veut bien les entendre. Loin d’être didactiques ils sont autant de petites touches, subtiles, et profondément humaines.

 

Au départ de cette création, nous souhaitions questionner le rapport regardants/regardés, aller vers la constitution d’un collectif dont nous serions partie prenante. Nous avons choisi de jouer parmi les spectateurs et sur divers espaces. Nous savions que ce rapprochement ne suffirait pas, nous avons donc imaginé des personnages muets qui accueillent le public dans un rapport de corps direct. Cette intimité avec les spectateurs a été motrice dans la direction d’acteurs des textes : parler à l’oreille, prendre à témoin…

 

De plus, il nous semblait intéressant de ne pas noyer le public dans un flot de mots d’où la présence d’un musicien qui donne une autre langue à notre thème avec le jeu des personnages muets.

 

Nous savions que nous jouerions ce spectacle dans des lieux divers (salle polyvalente, hall de maison des jeunes…) il nous fallait recréer un intérieur. Nous transformons les salles, d’où l’idée de recréer des murs avec de la toile d’hivernage. Cette matière outre son aspect cocon a l’avantage de permettre de jouer sur la transparence ou pas et de créer des univers colorés.

Le public est installé autour de petites tables, c’est avec le sourire et en musique que nous leur servons un verre.

 

Du fait de ce dispositif, nous pouvons aussi jouer en extérieur en profitant du décor naturel : sur une place, dans un espace protégé. La toile d’hivernage est remplacée par des lampions qui donne un coté guinguette à l’ensemble. Les textes courts et incisifs fonctionnent aussi très bien dans cette énergie différente que suppose l’extérieur.

 

Avec des textes courts de :

Roland Fichet : Question d’odeur et La 404 rouge,

Abel Neves : Lamentation de l’unicorne,

Xavier Durringer : Histoire d’hommes et Chronique des jours entiers,

Claire Béchet : Suite en Ré mineur,

Lise Martin : l’homme Orange,

Agota Kristof : La Hache,

Jean-Marie Laclavetine : Paradis.

 

L'équipe

 

Comédiens: Christian Brouard, Kriss Goupil et Valérie Pourroy

Musicien : Olivier Mingam

Régie : François Verron

Diffusion : Grégory Belperche

 

 

Conditions techniques

 

Montage et réglage : 6h

Démontage à l’issue de la représentation : 3h

Prévoir : 1 alimentation 3x32 A – spectacle autonome

Boisson et tartines pour le public – Loge et repas pour les acteurs

plaquette Avec un grand a, ou pas...
plaquette avec un grand A mail.pdf
Document Adobe Acrobat 146.9 KB